Recréons nos histoires de vie



IMG_0729

« Je sais reconnaitre tout de suite dans les yeux d’ une vache si c’est une bonne ou une mauvaise bête. »

 

« La Vie Des Autres » donne à voir quelque chose de ces narrations photographiques, fictionnelles ou réelles, en même temps qu’elle met à la vue de tous et toutes des bribes d’ histoires de vie rencontrées lors de mes recherches. Certaines racontent la maltraitance de l’éducation nationale qui s’incarnent dans la parole d’adultes, anciens « mauvais élèves », d’autres des histoires d’anciens qui regardent leurs vies et nous font part de ce qu’ils pensent en avoir compris et appris autant qu’une famille de paysans auvergnats qui se laissent photographier après des mois de rencontres réciproques.

L’ ancienne de la famille, dans sa blouse en tergal bleue, m’a regardé droit dans les yeux lors de notre première rencontre :  « Je sais reconnaitre tout de suite dans les yeux d’une vache les bonnes ou les mauvaises bêtes » . Un frisson m’avait parcourue pendant qu’elle continuait à me scruter et à l’intérieur je souriais. Tout était dit. Et, je me sentait bien en vie sous son regard. Pour moi, raconter ces moments de vies est bien une façon de me sentir exister plus intensément, en présence active et en interrelation avec moi-même et les autres.

Raconter des histoires ou se raconter c’est donc véritablement une façon de donner une forme à sa vie, certains disent de faire « œuvre de vie ». Il me semble donc que l’on manque beaucoup aujourd’hui d’histoires à nous raconter ensemble comme autour d’un feu et des veillées anciennes et encore présentes dans d’autres cultures.

« La Vie des Autres », c’est donc un grand chaudron mixé de nos histoires particulières et communes  que l’on regarderait ensemble et qui par effet de chauffe réinventerait d’autres imaginaires individuels et collectifs en montrant la richesse de nos savoirs d’expériences de vie autant que nos réflexions philosophiques, politiques, littéraires, sociales ou culturelles en capacité d’égalité d’importance de la parole de chacun et chacune.

 

Magali Vavasseur